IS THIS THE DEATH OF TRADITIONAL RETAIL?

Online sales are growing exponentially. Is this the end for traditional retailers? We don’t think so, but the goalposts will have to be moved a little.

THE DOWNSIDE OF ONLINE SALES

As we saw in the previous chapter, one of the main problems with online sales is the fact that you cannot touch or try a watch before buying it. There are a few solutions:

  • Free delivery and return worldwide
  • Relying on our community to organize meet-ups
  • Organizing pop-up stores

THE ADVANTAGES OF TRADITIONAL RETAILERS

Nonetheless, online retail is lacking in certain areas that only traditional retailers can cover:

  • Professional advice
  • A fixed address to which you can return for advice, repairs or servicing
  • A physical intermediary who can, if necessary, bridge the gap between the customer and the brand

RETAILERS UNDER PRESSURE

The Internet is often seen as a threat by traditional retailers. It’s not uncommon for a potential customer to come find their dream watch and then “escape” with an “I’ll think about it” before purchasing it online for a lower price.

What’s more, in recent years traditional retailers have come under great pressure from large groups, who insist upon vastly excessive minimum quantities which then tie up significant sums of money in stock. (See our chapter on exclusive distribution)

SO WHAT DO WE SUGGEST?

We believe that the solution lies in the synergy between the brand and the retailer, and in a healthy balance between online retail and physical points of sale.

NO STOCK

  • The retailer buys a basic display kit consisting of a few watches. This avoids the problem of money being tied up.
  • With the help of the retailer, the customer directly orders and pays for their chosen watch using a tablet in the store.
  • The watch is either delivered to the retailer or directly to the customer.
  • If the retailer wants, they can stock their best-selling models so that the customer can leave with their watch immediately.
  • The retailer receives a lower commission (around 30% rather than 40-50%), but there are no stock issues.

WIN-WIN

The customer is not interested in ordering from our website as it will cost them the same price. It may be that in the end a customer buys their watch on our website; on the other hand, we will also encourage potential customers to visit the retailers by listing their address on our website. So it’s a win-win situation.

ARE YOU A RETAILER? JOIN OUR DISCUSSION

Our aim is to be able to start collaborating with a number of outlets by early 2018. We have already begun discussions with around ten partners, but we still need to finalize the exact way in which this partnership will work. If you are a retailer and you would like to take part in this discussion, get in touch with us here as soon as you can.

Don’t forget to let us know what you think in the comments below.

NEXT CHAPTER, JAN 16: PROJECT X41 - UPDATE

Enter your email address to receive the special link that will give you access to the next chapter.

Your personal data will be used to support your experience throughout this website, to manage access to your account, and for other purposes described in our privacy policy.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Filter comments:
All (34)
English (5)
French (29)

  1. mserpelloni@nordnet.fr says:

    Bravo pour votre projet, inhabituel dans le luxe.
    Pourquoi ne pas fournir une information technique horlogère sur vos produits totalement fabriqués en Chine et mentionnant swissmade (ETA) ou origine japonaise (Myota) permettant de comprendre les différences ou l’équivalence entre ces deux mouvements , par exemple.
    Votre appréciation technique et économique de la haute qualité de vos montres suppose une expérience éprouvée de vos produits: pourquoi ne pas la partager ? ( décrire la résistance éprouvée des matériaux sélectionnés, celle du mouvement éprouvé sous contrainte …)…
    Enfin et surtout, pour les produits de luxe, la prise en charge des réparations et d’entretien doivent être abordés : périodicité, coût, procédure etc…: on est habitué aux produits à longévité sans pareille et sans altération : ce qui justifie le choix du luxe : Cher mais inégalable en longévité car il s’agit d’un investissement patrimonial transmissible par nature – ..
    Quelle est la relation entre vos offres de montres de luxe et la récompense de l’usage de votre cash telle su.affichée ?
    Délivrez vous du cash à la demande , sous quel format comptable et avec quelle nature comptable inscrite sur justificatifs fournis et vérifiable par tiers observateur?
    Votre client potentiel attentif,
    MSerpelloni

  2. jj.le.borne@skynet.be says:

    Bonjour,
    Intéressante initiative mais :

    vous parlez beaucoup de l’ l’historique de votre société et des attentes du futur mais très peu de montres
    ( caractéristiques, design, mécanisme, tests…) .
    Je pense que vous devriez développer ces aspects . Peut-être aussi disposer de quelques vitrines ( accord avec un magasin spécialisé dans quelques villes : Paris, Londres, etc etc

  3. Thommen Eric says:

    Très bonne idée que d’intégrer des détaillants où l’on puisse voir et discuter du produit !
    Bravo pour cette réflexion, je me réjouis de pouvoir les voir, les toucher.
    Bonne continuation et salutations à toute l’équipe de Code 41

  4. Eric Gourlan says:

    Bonjour l’équipe des grandes idées,
    Même question qu’ Emmanuel,
    Allez vous avoir des détaillants sur Jakarta (Indonésie) ou Vienne (Autriche) ?
    Faire partie de l’aventure me plait, mais j’aimerai “palper” avant d’acheter, même si cela doit-être un peu plus onéreux “qu’online”. En tout cas,……..chapeau bas !

    • claudio says:

      Merci 🙂 Pas encore… tout ceci ne démarrera que ne 2018. si vous avez des boutiques intéressées, merci de nous contacter.

  5. Lamand says:

    En recherche de détaillants ( indispensables ) vous êtes susceptibles de leur pratiquer une remise de 30% sur le prix public ,ce qui est normal .Pourquoi ne pas pratiquer la même décote pour quelques clients qui deviendraient en quelque sorte ‘.ambassadeurs ‘. de la marque et serviraient de référence pour d’éventuels clients ?
    Cordialement

    • claudio says:

      Dans notre précédent chapitre nous avons parlé de projets de vente type Tupperware, en réunion, il y aura aussi des marge pour ces ambassadeurs. Chaque canal a des particularités bien précises et des frais, donc des marges qui doivent être adaptées. Il nous faut trouver le bon équilibre et voir ce qui est le plus viable.

  6. Francis says:

    Et oui, les détaillants auront toujours leur rôle à jouer ;o) Personnellement je suis assez intéressé mais je n’achete pas de produits dans cette fourchette de prix sans avoir vu et touché la marchandise !

    • claudio says:

      Vous pourrez bientôt les voir chez certains détaillants ou showroom mais je pense pas avant février-mars 2018. Par contre, grâce à notre livraisons gratuite et retour gratuit, vous pouvez la voir tranquillement chez vous et la retourner sous 30 jours si elle ne vous convient pas et vous aurez un remboursement intégral.

  7. Hervé says:

    Pour le client, la montre serait au même prix on Line et chez le détaillant? Et le detaillant toucherai une commission de 30%?
    Faut-il en conclure que la montre est 30% trop chère on Line…?

    • claudio says:

      Le fait de vendre online est parfois perçu à tort comme une vente qui ne nécessite pas de frais. Hors les clients n’arrivent pas sur notre site par hasard et ces coûts doivent être maîtrisés (marketing, pub, partenaires,…) pour qu’ils ne dépassent pas les 30% (similaire à une marge détaillant). De plus la logistique “pièce par pièce” est coûteuse : stockage, livraison gratuite dans le monde, retours gratuits dans le monde, service client.

    • claudio says:

      Le multiplicateur de 3,5 que nous avons mis en place dès le début couvre des marges partenaires de environ 30%. De notre côté nous faisons environ x2 pour couvrir les frais de développement, salaires et autre. Le reste c’est pour couvrir les frais de logistique, les frais d’acquisition (marketing, pub) dans le cas d’une vente online ou la marge d’un détaillant dans le cas d’une vente boutique. L’idée est bien entendu d’avoir les mêmes prix partout.

  8. Jacques ABJEAN says:

    Le fait d’associe, à une boutique online, une liste de détaillants agréés me semble en effet une bonne démarche, tant pour le consommateur, la boutique online que le détaillant. C’est, me semble t-il, un ticket gagnant.