È LA FINE DELLA VENDITA AL DETTAGLIO TRADIZIONALE?

Le vendite online stanno registrando un incremento vertiginoso. È davvero la fine dei venditori al dettaglio tradizionali? Noi non la pensiamo così, ma bisognerà rivedere leggermente le posizioni.

GLI SVANTAGGI DELLE VENDITE ONLINE

Come dicevamo nel capitolo precedente, uno dei problemi più grossi delle vendite online è che non è possibile provare o toccare un orologio prima di acquistarlo. Tuttavia, alcune soluzioni ci sono:

  • Consegna e restituzione gratuita in tutto il mondo
  • Avvalersi della collaborazione della community per organizzare gli incontri
  • Negozi pop-up

I VANTAGGI DELLA DISTRIBUZIONE TRADIZIONALE

Al tempo stesso, la vendita online è lacunosa in alcuni ambiti che possono essere soddisfatti soltanto dai rivenditori tradizionali:

  • Consulenze professionali
  • Un recapito fisso al quale rivolgersi per ricevere consigli, assistenza o effettuare riparazioni
  • Un intermediario fisico che, se necessario, può avvicinare il cliente all’azienda

VENDITORI AL DETTAGLIO SOTTO PRESSIONE

I venditori tradizionali considerano spesso Internet come una minaccia. Non di rado, infatti, un potenziale cliente entra in un negozio per trovare l’orologio che desiderava e poi “scappare” con un “ci penserò”, per poi acquistarlo su Internet a un prezzo minore.

Oltretutto, nel corso degli ultimi anni la grande distribuzione tradizionale ha subito la forte pressione dei grandi gruppi, che richiedono ordini minimi in quantità decisamente elevate e che bloccano ingenti somme di denaro in scorte da magazzino. (Rimandiamo alla lettura del capitolo sulla distribuzione esclusiva)

COSA SUGGERIAMO DI FARE?

Noi crediamo che la strada da seguire sia quella della sinergia tra il marchio e il rivenditore, nonché di un sano equilibrio tra la vendita al dettaglio online e i punti vendita locali.

ASSENZA DI GIACENZE

  • Il rivenditore acquista un set base da esposizione composto da pochi orologi, per evitare di dover vincolare molto denaro.
  • Aiutato dal negoziante, il cliente ordina l’orologio scelto e lo paga direttamente in negozio utilizzando un tablet presente nel punto vendita.
  • L’orologio può essere spedito al rivenditore o direttamente al cliente.
  • Il negoziante può scegliere liberamente se tenere o meno alcune scorte dei modelli più venduti, cosicché il cliente possa uscire dal negozio con l’orologio al polso.
  • Il negoziante riceverà una commissione inferiore (circa il 30% invece che il 40-50%), ma non avrà problemi di giacenze in magazzino.

VANTAGGI PER TUTTI

Il cliente non avrà alcun interesse ad ordinare dal nostro sito web perché il prezzo sarà identico. Può sempre accadere che alla fine il cliente acquisti comunque l’orologio sul nostro sito web, ma al tempo stesso siamo proprio noi a suggerire ai potenziali clienti di visitare i nostri rivenditori pubblicando i loro recapiti sul nostro sito web. Si tratta quindi di una situazione vantaggiosa per tutti.

SIETE DEI VENDITORI AL DETTAGLIO? INTERVENITE E PARTECIPATE AL DIBATTITO

Il nostro obiettivo è quello di attivare una collaborazione con un certo numero di rivenditori entro l’inizio del 2018. Le trattative con una decina di partner sono già partite, ma va ancora definita con precisione l’esatta modalità di questa collaborazione. Se tra voi lettori ci sono venditori e negozianti interessati, vi consigliamo di contattarci il prima possibile.

Fateci sapere cosa ne pensate commentando nella sezione in basso.

Inserisci il tuo indirizzo email e ricevi un link speciale per accedere al capitolo successivo.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Filtra commenti:
Tutti (35)
Francese (29)
Inglese (6)

  1. mserpelloni@nordnet.fr dice:

    Bravo pour votre projet, inhabituel dans le luxe.
    Pourquoi ne pas fournir une information technique horlogère sur vos produits totalement fabriqués en Chine et mentionnant swissmade (ETA) ou origine japonaise (Myota) permettant de comprendre les différences ou l’équivalence entre ces deux mouvements , par exemple.
    Votre appréciation technique et économique de la haute qualité de vos montres suppose une expérience éprouvée de vos produits: pourquoi ne pas la partager ? ( décrire la résistance éprouvée des matériaux sélectionnés, celle du mouvement éprouvé sous contrainte …)…
    Enfin et surtout, pour les produits de luxe, la prise en charge des réparations et d’entretien doivent être abordés : périodicité, coût, procédure etc…: on est habitué aux produits à longévité sans pareille et sans altération : ce qui justifie le choix du luxe : Cher mais inégalable en longévité car il s’agit d’un investissement patrimonial transmissible par nature – ..
    Quelle est la relation entre vos offres de montres de luxe et la récompense de l’usage de votre cash telle su.affichée ?
    Délivrez vous du cash à la demande , sous quel format comptable et avec quelle nature comptable inscrite sur justificatifs fournis et vérifiable par tiers observateur?
    Votre client potentiel attentif,
    MSerpelloni

  2. jj.le.borne@skynet.be dice:

    Bonjour,
    Intéressante initiative mais :

    vous parlez beaucoup de l’ l’historique de votre société et des attentes du futur mais très peu de montres
    ( caractéristiques, design, mécanisme, tests…) .
    Je pense que vous devriez développer ces aspects . Peut-être aussi disposer de quelques vitrines ( accord avec un magasin spécialisé dans quelques villes : Paris, Londres, etc etc

  3. Thommen Eric dice:

    Très bonne idée que d’intégrer des détaillants où l’on puisse voir et discuter du produit !
    Bravo pour cette réflexion, je me réjouis de pouvoir les voir, les toucher.
    Bonne continuation et salutations à toute l’équipe de Code 41

  4. Eric Gourlan dice:

    Bonjour l’équipe des grandes idées,
    Même question qu’ Emmanuel,
    Allez vous avoir des détaillants sur Jakarta (Indonésie) ou Vienne (Autriche) ?
    Faire partie de l’aventure me plait, mais j’aimerai “palper” avant d’acheter, même si cela doit-être un peu plus onéreux “qu’online”. En tout cas,……..chapeau bas !

  5. Lamand dice:

    En recherche de détaillants ( indispensables ) vous êtes susceptibles de leur pratiquer une remise de 30% sur le prix public ,ce qui est normal .Pourquoi ne pas pratiquer la même décote pour quelques clients qui deviendraient en quelque sorte ‘.ambassadeurs ‘. de la marque et serviraient de référence pour d’éventuels clients ?
    Cordialement

    • claudio dice:

      Dans notre précédent chapitre nous avons parlé de projets de vente type Tupperware, en réunion, il y aura aussi des marge pour ces ambassadeurs. Chaque canal a des particularités bien précises et des frais, donc des marges qui doivent être adaptées. Il nous faut trouver le bon équilibre et voir ce qui est le plus viable.

  6. Francis dice:

    Et oui, les détaillants auront toujours leur rôle à jouer ;o) Personnellement je suis assez intéressé mais je n’achete pas de produits dans cette fourchette de prix sans avoir vu et touché la marchandise !

    • claudio dice:

      Vous pourrez bientôt les voir chez certains détaillants ou showroom mais je pense pas avant février-mars 2018. Par contre, grâce à notre livraisons gratuite et retour gratuit, vous pouvez la voir tranquillement chez vous et la retourner sous 30 jours si elle ne vous convient pas et vous aurez un remboursement intégral.

  7. Hervé dice:

    Pour le client, la montre serait au même prix on Line et chez le détaillant? Et le detaillant toucherai une commission de 30%?
    Faut-il en conclure que la montre est 30% trop chère on Line…?

    • claudio dice:

      Le fait de vendre online est parfois perçu à tort comme une vente qui ne nécessite pas de frais. Hors les clients n’arrivent pas sur notre site par hasard et ces coûts doivent être maîtrisés (marketing, pub, partenaires,…) pour qu’ils ne dépassent pas les 30% (similaire à une marge détaillant). De plus la logistique “pièce par pièce” est coûteuse : stockage, livraison gratuite dans le monde, retours gratuits dans le monde, service client.

    • claudio dice:

      Le multiplicateur de 3,5 que nous avons mis en place dès le début couvre des marges partenaires de environ 30%. De notre côté nous faisons environ x2 pour couvrir les frais de développement, salaires et autre. Le reste c’est pour couvrir les frais de logistique, les frais d’acquisition (marketing, pub) dans le cas d’une vente online ou la marge d’un détaillant dans le cas d’une vente boutique. L’idée est bien entendu d’avoir les mêmes prix partout.

privacy policy - Cookies